Jump to content

Partir d'un bois vert et le cuire


lefred
 Share

Recommended Posts

Je découvre la facture d'arc au mois de mai, me rend compte qu'il faut couper son bois l'hiver et attendre idéalement 3 ans de sèchage...

Et puis je tombe sur 2 ou 3 vidéos ou entre 12h et 2 ou 3 jours on arrive à partir d'un arbre vivant à avoir un arc performant par cuisson.

On coupe l'arbre, on l'ébauche, on le cuit l'arc serré sur une forme sur un lit de braise à distance raisonnable et on passe au tillering

ici avec de l'hickory, le principe de cuisson démarre vers 15 mn  https://www.youtube.com/watch?v=TGRtIFHNAXs

ici avec de l'orme  https://www.youtube.com/watch?v=b9I8cUuRqMQ

Je me demandais si quelqu'un ici avait déjà utilisé cette technique ?

à part gagner 3 ans l’intérêt est aussi de pouvoir donner une forme reflex régulière de pouvoir redresser parfaitement l'arc et selon les auteurs d'avoir un arc rapide, puissant et sans suivi de corde...

la technique a l'air particulièrement bien adaptée aux bois blancs, j'ai du noisetier, frêne, érable, cornouiller dans mes bois, une de ces essences vous inspirerait plus qu'une autre pour cette technique ?

 

Link to comment
Share on other sites

J'ai déjà fait du séchage rapide du style 2 semaines entre coupe de l'arbuste et arc terminé, avec du noisetier par exemple. L'important est d'ébaucher comme il le font sur ces vidéos : bien régulier en épaisseur et que ça commence à plier. La réduction d'épaisseur permet un séchage rapide en quelques semaines sans risque de fentes. Il est possible ensuite de cuire le ventre, avec plus ou moins de bénéfice selon les essences.

Ce qui est montré sur ses vidéos est très intéressant, et le résultat attractif avec ce reflex promettant de belles performances. Le fait que l'ébauche soit bridée avant cuisson doit aussi bien éviter les déformations qui surviennent parfois en séchage rapide "libre".

Je pense qu'il y a quand même un gros risque avec ces méthodes de trop sécher le bois ce qui le rendrait cassant. J'essaierais bien cette technique mais je prendrais la précaution de laisser le bois se rééquilibrer en humidité quelques jours.

Notez que le bois d'hickory est connu pour bien réagir à la cuisson et c'est un bois peu sujet aux fentes, difficile à casser et supportant bien d'être un peu trop sec. L'orme est un peu dans le même cas mais il est peu probable que toutes les essences supportent aussi bien le traitement.

Link to comment
Share on other sites

Il y a 1 heure, lefred a dit :

j'ai du noisetier, frêne, érable, cornouiller dans mes bois, une de ces essences vous inspirerait plus qu'une autre pour cette technique ?

Le noisetier est courant et généralement tendre en compression. Candidat idéal pour les 1ers essais...

C'est quel érable ?

Link to comment
Share on other sites

petite intrusion...........

revenons un instant aux âââges farouches, quand l'arc était à peu près le seul moyen de tuer à distance

ces gars-là pouvaient difficilement attendre 3 ans que sèche leur billette, ni la trimballer pendant tout ce temps.

il reste probable que la méthode de la cuisson ait pu leur être connue et pratiquée

Edited by chasseur fou 25
Link to comment
Share on other sites

les (rares) restes de prédateurs anciens (otzi et schnidi) n'ont pas laissé d'ébauche d'arc. otzi avait des ébauches de flêches avec les "bonnes" mais un seul arc.

il semble que ces gens aient été très mobiles, et il y a peut-être eu un commerce d'archerie............

Link to comment
Share on other sites

oui trois ans c'est si tu ne refends pas, après comme le dit corbeau plus tu affines ton ébauche plus tu peux accélérer le séchage. j'ai 2 ébauches de noisetier et 1 cornouiller coupés il y a 3 semaines et ils seront bientôt prêt après un séchage rapide, je surveille leur perte de poids pour m'autoriser à tirer dessus mais j'ai remarqué qu'ils ont déjà tourné.

J'essaierai la cuisson avec du noisetier et probablement du frêne qui sont assez abondants quitte à faire 4 heures de feu par 35° autant tester une brochette. ^^

et surement aussi l'aubépine aussi qui pourrait être "redressée" un peu plus facilement et du coup devenir plus exploitable.
 

Il y a 6 heures, Corbeau a dit :

C'est quel érable ?

De l'érable champêtre..

 

Link to comment
Share on other sites

Il y a 14 heures, Le Paresseux a dit :

Et 3 ans, c'est quand même beaucoup exagéré pour le séchage ou alors pour un tronc mastoc.

Une billette sèche beaucoup plus vite...

Tu as raison, une ébauche d'arcs sèche bien plus rapidement. Trois ans n'est pas exagéré sur des morceaux plus conséquents, certains disent que le bois sèche de 1cm par rayon par an (là je trouve çà beaucoup mais il faudrait verifier, çà dépends aussi de chaque essence). On parle bien de bois pour l'archerie, pas de bois de chauffage ni de construction, on va éprouver le dynamisme du bois comme aucun autre corps de métier, et la question de l'humidité est primordiale pour éviter tout suivi de corde excessif. Le suivi de corde est un des ennemi d'un arc performant.

Au début, quand on se met à la facture d'arc, la question du séchage du bois est problématique parce qu'on a qu'une envie, c'est tirer rapidement avec sa fabrication. Avec le temps, on accumule du bois et finalement les années passent et on se retrouve facilement avec un choix de bois bien sec.

Au sujet de ces techniques de traitement à la chaleur, je m'interroge à savoir si il est plus intéressant de traiter un bois encore plein de sève que sec, où si c'est équivalent. On peut aussi infliger un fort reflex à une ébauche déjà sèche avec une forme et un décapeur. 

Pour l'érable champêtre, c'est le meilleur érable de notre pays pour les arcs. Je ne sais pas encore si il réagit bien au traitement thermique. Il faudrait se renseigner avec ce que font les américains avec leur Hard Maple, bois équivalent.

Link to comment
Share on other sites

 

Le 19/06/2021 à 13:15, Link a dit :

certains disent que le bois sèche de 1cm par rayon par an (là je trouve çà beaucoup mais il faudrait verifier, çà dépends aussi de chaque essence).

c'est aussi les chiffres que j'ai entendu pour le bois de menuiserie.

L'hiver dernier j'ai passé des frênes et quelques érables tous droit qui avaient poussés dense en bois de chauffage... cet hiver je vais commencer par sélectionner mon bois d'arc avant de faire mon bois de chauffage, mettre les plus belles billette en réserve et me constituer un stock pour les années futures.

Pour me faire la main d'ici là je sélectionne des sujets moins beaux que je traite comme le décrit corbeau dans le 1er post mais il y a tout de même 1 mois de séchage, les ébauches travaillent un peu dans tous les sens par rapport au traçage initial (il faudra donc traiter à la chaleur) et un traitement du ventre semble nécessaire (j'ai fait un p'tit arc en érable qui a déjà perdu son reflex et pris du suivi de corde).

Avec la cuisson de bois en sève, il n'y a plus rien qui semble bougé, pas de suivi de corde, le reflex qui tient et tout cela en 1 opération.

Maintenant il ne reste plus qu'à trouvé parmi les bois blancs de nos forêt ceux qui supporteraient ce traitement.

 

 

Link to comment
Share on other sites

Le 19/06/2021 à 00:12, chasseur fou 25 a dit :

les (rares) restes de prédateurs anciens (otzi et schnidi) n'ont pas laissé d'ébauche d'arc. otzi avait des ébauches de flêches avec les "bonnes" mais un seul arc.

Il me semble, de mémoire, que l'arc d'Ötzi n'était pas fini...........

Link to comment
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

 Share

×
×
  • Create New...