Jump to content

Link

Membres
  • Posts

    4,475
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    17

Previous Fields

  • Département (ex: 01):
    44
  • ville:
    Nantes
  • Matériels (arc, flêches etc...)
    Selfbow

Recent Profile Visitors

4,727 profile views

Link's Achievements

Maître Posteur

Maître Posteur (9/11)

  1. Bel réalisation! En effet, l’arc ne travaille pas assez en première moitié des branches. Le suivi de corde semble raisonnable mais localisé là où ça plie trop. A voir avec le temps, il faut parfois attendre un bon millier de flèches avant de voir le suivi se stabiliser. Ensuite, il est sûr qu’avec 62#, l’arc envoi les flèches vite, surtout si la flèche est légère (combien pèse t’elle?) . Personnellement, je pourrais difficilement être objectif quant à la vitesse de mes arcs tant que je n’aurais pas de chronographe. Encore une fois, très bel arc!
  2. Un grand monsieur s'est éteint. Mes condoléances à ses proches.
  3. En effet, on apprend souvent plus quand on casse des arcs que quand tout va bien. C'est terrible de dire çà mais on comprend mieux le pourquoi de toute les "règles" de la facture d'arcs de cette façon.
  4. Si ton allonge est de 27", un flatbow de 64 ou 62" conviendra. Ensuite pour la largeur, çà dépend de la puissance que tu recherche. Si tu souhaite 50# ou plus, faire au moins 2" de large. Si c'est plutôt 40#, 1"3/4 sera convenable. Je parle pour le frêne ici. Pour le séchage, tu peux laisser l'écorce mais... si tu fait sécher dans un abris extérieur, attentions aux bêbettes du bois, qui commenceront à creuser des galeries dans l'écorce pour ensuite attaqué le bois. Si le bois sèche à l'intérieur (comme dans un garage) et que ton bois a vite été ramasser, pas de problème en principe. Attention a ne pas faire sécher le bois trop vite dans une pièce trop sèche et/ou chaude, sinon il pourra fissurer. Mouiller le bois, je ne l'ai jamais fait pour écorcer, je ne suis pas convaincu de la manoeuvre, l'eau ne pénètre pas l'écorce si facilement. La méthode est d'y aller tout doucement à la plane, et quand on voit apparaitre le bois, laisser tel quel et terminer au racloir. Pour les bois blanc comme le frêne, ton premier cerne sous l'écorce peut être le cerne de dos. Le seul intérêt de descendre d'un ou plusieurs cernes, c'est d'en trouver un plus large (et donc potentiellement plus protecteur pour l'arc), si le premier te semble vraiment trop fin, ou si tu l'as entamer de trop à la plane par exemple. Auparavant, je dressais le dos d'une billette entière, et le travail est long, parce que la surface est grande. Maintenant et suivant l'essence, je trace sur l'écorce partiellement enlever le plan de l'arc, je dégrossi en largeur en laissant 1 ou 2 mm en rab, et ensuite je dresse le dos sur un cerne, c'est moins laborieux pour moi et le travail est plus soigné. Pour les noeuds, on évite de les lisser sinon on coupe à travers la fibre et on créé immanquablement une faiblesse sur le dos qui se manifestera par des fissures transversales lors de la traction. Sois on suit scrupuleusement la fibre sur ces zones, ou bien laisser une sur-épaisseur d'un cerne. Si c'est le premier cerne que l'on souhaite, on peut laisser un peu d'écorce dessus et y revenir plus tard en raclant doucement avec un couteau et en ponçant au papier de verre 80. Enfin, la facture d'arc ne commence pas dans l'atelier, mais au pied de l'arbre, avant de l'abattre. Tu semble en être conscient, c'est top. Avant de couper, il faut se demander où les futures arcs se trouveront dans le tronc, si il éviteront les noeuds, que le bois ne serpente pas de trop. C'est sympa les snakebow, ou les arcs avec des noeuds et des départ de branches, et beaucoup ici en sont fans parce que au moins, çà ne ressemble pas à un longbow moderne, mais çà demande beaucoup plus de temps pour en réaliser un et çà mène souvent à des déceptions. Si j'ai le choix de la coupe, je préfère faire comme l'on certainement fait nos ancêtres, trouver un bois à la fibre bien droite et sans noeuds, ce qui ne pourra qu'améliorer la durée de vie de l'arc.
  5. Belles finitions, et bel équilibrage…! Bravo! Quelle bois pour les poupées ?
  6. Très original, une belle réussite! Je m'interroge sur le ventre de l'arc et du rôle mécanique que peuvent jouer les "bords" épais du ventre. Je me demande si ses bourrelets de bois ne ralentisse pas plus l'arc qu'autre chose, on est pas dans du HLB classique dans ton cas. Ensuite, pour les vibrations, la remarque de chasseur fou est pertinente. La largeur des poupées peut largement être réduite (et donc diminuer les vibrations), surtout pour 32#. Pour un arc d'une cinquantaine de livre, je met 11 ou 12 mm.
  7. Ça fait plus de 200 fps, c’est beaucoup! Moi qui rêve d’atteindre les 170 fps avec un selfbow... vive le pétrole!
  8. Même si les plis de compression sur le robinier ne sont pas un drame, le fait ne de ne pas en avoir du tout est une réussite, bravo! Il me semble que la branche du bas est tout de même encore trop forte et pourrait être gratter un peu (d'après la photo, si l'arc est tenu droit). Concernant le suivi de corde, ce qui est le plus parlant n'est pas tant le suivi que l'on a le lendemain après une journée de tir par exemple mais le suivi que l'on a juste après avoir débandé l'arc après une séance. Et désolé pour les fissures, j'ai récemment eu ce genre de désagrément sur le dernier robinier que j'ai réalisé. Il faudrait peut être par sécurité laisser un cerne supplémentaire sur ces zones pour les protéger.
  9. Superbe! L'équilibrage semble parfait, un vrai longbow, en if et poupée avec cornette, c'est excellent! Concernant la corde, c'est bien une flamande (avec noeud d'archer)? Les couleurs des brins sont mélangés, ce qui donne ce rendu?
  10. Oui, le couteau est bien plus abordable, excellent. En plus affuter un racloir de menuisier, çà demande un coup de main et de l'outillage.
  11. C’est possible. Il te faudrait un racloir de menuisier bien affûté , et du papier de verre 80 ( et du plus fin pour la finition). Si l’équilibrage est bon, il suffit de racler les branches tout du long. Concretement, tu fais 10 passages au racloir pour enlever de fins copeaux sur le ventre de l’arc, sur la branche du haut puis ensuite sur la branche du bas. Ensuite, arme l’arc une bonne vingtaine de fois , ou mieux, tire une vingtaine de flèches. Le bois va « se mettre en place ». Tu contrôle l’équilibrage ( quelqu’un te prends en photo à pleine allonge) et tu contrôle la puissance au peson. Si les courbes sont toujours bonnes et que la puissance est encore trop élevée, tu répète l’opération des 10 passages de racloir et de tirages de flèches. Une fois arrivé à 1 ou 2 livres au dessus de la puissance désirée, passage au papier de verre 80, puis 120 et 180 ( au dessus pour du frêne, c’est du zèle pour moi). Enfin, finition de ton choix ( huile de lin ou de tung par exemple). Si tu peux mettre des photos de l’arc n’hésites pas.
  12. Bravo, le suivi de corde à l’air raisonnable ! Maintenant, pour affirmer que c’est un arc, j’attend une photo à pleine allonge…😉
  13. Link

    Falco?

    A vu de nez, un arc d'arbalète?
  14. En théorie, à ce stade, un arc prend 2,5# par pouce supplémentaire, donc ton arc doit être à 30#@26". Entre les finitions et le rodage du au tir, l’arc peu perdre de 2 à 5 #. C’est bien en général de t’arrêter à la puissance voulue, ici 25#, a un pouce de l’allonge finale.
  15. Super, ton équilibrage semble top. Je n'ai jamais réussi a enlever une vrille d'une branche, non que c'est impossible bien sûre. Si l'équilibrage est bon, et c'est le cas ici, je n'y toucherais pas plus. Le suivi de corde qui augmente est normal lorsqu'on arrive à l'allonge (c'est là que l'arc prend tout son stress). Je ne connais pas l'aptitude du noisetier à tenir la cuisson du ventre mais tu peux toujours passer par cette option. Ensuite, je te conseillerais de tirer plusieurs dizaine de flèche avec, et de contrôler l'équilibrage. Tu pourras ainsi peaufiner l'équilibrage.
×
×
  • Create New...