Jump to content

Link

Membres
  • Posts

    4,412
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    17

Everything posted by Link

  1. Et est ce que çà siffle bien? En tout cas, belle réalisation, c'est bien trouvé. Je ne pensais pas que l'étain était suffisant pour souder solidement du laiton de cette manière, bravo!
  2. Pareil pour les noeuds et le courbures, selon mes derniers expériences çà ne fait pas bon menage. L'orme réagit bien au traitement thermique du ventre, avec un décapeur thermique par exemple. Peut être peux tu essayer de mettre du reflex sur chaque branche de façon régulière sans chercher à faire des recurves.
  3. Bravo pour ta réalisation! Ça ne semblait pas simple à amener jusqu'au bout. Il me semble que la branche haute fait une charnière (elle plie de façon abrupte en bout de branche). J'espère que cela ne provoquera pas de casse....
  4. Jolie! Même bandé, l'équilibrage semble bien réalisé. Si tu as d'autres photos, n'hésites pas!
  5. Monsieur ne se refuse rien…!
  6. Je ne suis pas très arbalète mais là... c'est superbement bien réalisé, le bois est mis en valeur, et les finitions sont au tops. Bravo!
  7. Pour la colle à la résine de pin c'est étanche en effet, mais j'aurais peur que ce soit un peu cassant (flexion et vibration de l'arc). Avec une peau de serpent ( ou d'un autre animal à écaille) collée à la colle à bois D3, çà imperméabiliserai probablement bien. Mais il faut en trouver... Le vernis moderne semple le plus simple et rapide. Shellack peut être pour une version plus naturel.
  8. Tres bien! Sans être rabat joie, le test serais plus probant sur un arc de puissance moyenne ou forte. Et ensuite tirer beaucoup de flèches pour voir comment cela évolue. Maintenant, avec une simple lame de bambou, je ne sais pas combien de livres ont peux espérer. A une époque, comme toi, j'ai tester la chaleur sèche, localisé sur le ventre d'arcs en frêne ( quarantaines de livres) pour corriger un mauvais coup de râpe lors de l'équilibrage: çà n'a pas fonctionné pour moi. Le mieux étant d'éviter les erreurs et d'avancer le plus lentement possible l'équilibrage. Je ne fais qu'enfoncer une porte ouverte en disant cela mais il faut parfois réaliser quelques équilibrages un peu médiocres pour s'en convaincre.
  9. Tes laçages sont bien réguliers ! Quel avantage trouves-tu à coller le cuir avant la coupe?
  10. Comme toi PEDRO, j'ai mis du bombé, et en plus un petit tapis de fenêtre en cuir. Comme on détalonne pas mal nos flèches sur nos bouts de bois, c'est important que ce ne soit pas droit mais un peu courbe.
  11. Pas de setback ni de tendons, mais une autre vidéo de cette année sur la construction d'un arc en osage. C'est sympa de voir les autres facteurs d'arcs travailler, on voit des méthodes ou des outils auxquelles on pensait pas. https://youtu.be/MckLSv_jCHk
  12. Et voilà. J'ai encore quelques défauts dans ma réalisation (les chevrons ne sont pas identiques par exemple)... a force de faire des poignées de ce type, çà devrait s'améliorer. Les renfort de poupées en bois de cerf ont été collées, je les façonnerais demain probablement.
  13. J'ai collé à la Néoprène la poignée coté ventre et au bord de la fenêtre avant de coudre. Il faut pas se louper quand on pose le cuir, cette colle est instantanée et non repositionnable!
  14. Avec un compas, je trace l'axe des futurs trous sur les bords (5-6mm). Avec la "fourchette", je marque mes trous. Ici, l'écartement des dents est trop rapproché pour ce que je vais faire, et au final, je n'utiliserais qu'un trou sur deux. Je m'y prendrai autrement une prochaine fois (ou prendre une vraie fourchette!). Pour la finition des bords, j'utilise un briquet pour enlever les "poils".
  15. Désolé si c'est pas très clair, en vidéo se serais limpide! Voilà le résultat avec en haut les deux chutes de cuir restantes.
  16. Ensuite, je procède à la coupe de la bonne largeur. Apres avoir bien plaqué le cuir sur la poignée coté ventre, je l'immobilise avec deux pinces. Je pose un fin réglet sur le dos de l'arc, qui va me permettre de protéger le bois de la lame du cutter. Je "referme" fortement le morceau de cuir en croisant les deux extrémités l'une sur l'autre. Je pose ensuite un autre réglet qui va guider ma coupe (le positionner bien dans l'axe bien entendu). Et je coupe avec une lame de cutter (neuve, colle çà on force pas).
  17. J'ai coupé un morceau de cuir haut de 4" et plus large que nécessaire pour faire le tour de la poignée. Avec une forme droite, il suffit de mesurer et de reporter sur le morceau de cuir et le tour est joué. Mais quand la poignée a des courbes, en l'occurrence un creux pour le confort de la main, il faut faire différemment.
  18. Une vue de la poignée finie et poncée.
  19. Quelques photos des finitions. La fenêtre d'arc en cours de confection. Le ciseau est bien trop gros mais je venais de l'aiguiser rasoir donc j'en ai profité.
  20. La cuisson du ventre va avoir un effet sur quelques millimètre de bois seulement. Si tu le fait au départ de l'équilibrage, c'est bien, mais à force de racler, tout ce bois partira. Tu aura donc perdu le bénéfice de la cuisson puisque ton arc va se retrouver avec un bois de ventre non traité. Le faire en plus vers la fin de l'équilibrage serai une bonne solution avec l'objectif qu'une fois fini, il reste du bois cuit sur le ventre et donc une meilleure compression, et donc moins de suivi de corde. Maintenant, 1"1/2 de suivi pour ce bois et l'équilibrage qui l'a, c'est très bien.
  21. Merci les amis. Dans l’axe oui mais moins vu de profil. Se sera un autre projet, courbures et tendons si tout va bien. Mon père me dit ça depuis que je suis tout petit... et vous avez raison tout les deux...! Théoriquement, l’arc doit faire 60#@28" (2,5# à chaque pouce supplémentaire...), c’est trop costaud pour moi, je chasse la mousse des plaines, pas le cerf! Je suis aux finitions, l’arc devrais tirer ses premières flèches mercredi. Après ça, je verrais ce que ça donne au peson. J’ai le sentiment que l’érable perd pas mal de # au rodage, à confirmer.
  22. Super! L’hickory a la réputation de suivre la corde mais d’être incassable. Tu n’as fait qu’une cuisson, au départ de l’équilibrage? Dommage pour l’équilibrage un peu trop abrupt aux fondus. Ce que je retiens de mes derniers arcs, c’est qu’après que les branches commencent à plier (floor tillering), se sera surtout le milieu des branchés qu’il faudra racler. Il ne faut pas faire travailler de trop le premier tiers, c’est une zone qui, affaibli, peu donner pas mal de suivi.
  23. J’ai pu expérimenter la cuisson de ventre sur une dizaine d'arc, en bois et pas en herbe (bambou, rotin, etc...). Selon moi, un traitement thermique améliore la compression donc permet de limiter le suivi de corde. Mais à aucun moment la cuisson du ventre ne rigidifie le bois (le fantasme de la lime à épaissir...). Après, pour du bambou, qui n’est pas du bois, je ne sais pas...
  24. Merci Zeanluc. Mes sincères condoléances à Yves et ses proches. Michelle et Yves font parties des toutes premières personnes que j’ai rencontré sur le championnat de tir préhistorique alors que j’étais encore ado. J’en garde d’excellents souvenirs.
×
×
  • Create New...