Jump to content

Felix

Membres
  • Posts

    1,593
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    12

Everything posted by Felix

  1. j'ai posé du tendon en dépassant bien des 2 côtés et il est en train de sécher. avec quoi me faudrait-il l'imperméabiliser selon vos expérience (pour que ça tienne à Bougon début Octobre, où il pleut souvent...)
  2. avec le temps (5 ans plus tard), mon arc en cytise avait développé une (grosse) écharde sur l'aubier du dos et l'atelle que j'y avait posé ne suffit plus aujourd'hui. j'ai retrouvé une info de marc l'arcé (italien) dans un autre sujet qui indiquait que l'aubier finissait par casser en séchant trop (il préconisait de graisser abondamment pour limiter le phénomène).Il a donc probablement raison de faire ses arcs en enlevant l'aubier sur le cytise... Mais pour en revenir au mien, je ne me laisse pas décourager et je suis en train de tenter un renfort en tendon l'écharde fait environ 70 mm de long, 12 de large et j'estime qu'elle est à 0.8 mm de la surface (1/5 de l'aubier la même après collage à la super glue
  3. ça m'a l'air d'être fait avec de l'écorce fraiche. La mienne et sèche, et même remouillée, pas facile à séparer les couches. Par contre, je constate que c'est fait avec de petits morceaux accolés, et pas de grandes bandes. Je vais m'en inspirer. (et c'est quoi comme bois, de l'osage?)
  4. après séchage et quelques frayeurs vu les craquements au premier bandage, ça a l'air reparti pour un tour.. j'ai trouvé des bandes d'écorce de bouleau, mais pas facile pour réduire l'épaisseur, et ça me parait trop raide pour pouvoir l'utiliser. quelqu'un aurait de l'expérience pour les backing en bouleau?
  5. finalement, je me réponds à moi même de poser les ligatures en premier. (..entre autre parce que je n'ai pas encore de bandes d'écorce de bouleau assez fines. Ni de parchemin pour le moment, d'ailleurs)
  6. pour l'esthétique, j'hésite à poser les ligatures sous ou sur le backing de protection du dos (écorce de bouleau ou parchemin, je n'ai pas encore décidé...)
  7. j'ai réussi à décoller facilement les cornes jusqu'à la moitié des branches (donc collage pas terrible), mais j'ai arrêté car elles commençaient à se délaminer. Recollées Dimanche à l'Araldite bleue chauffée pour la rendre plus liquide et irréversible (tuyau de ZOL ce weekend à la Chapelle aux Saints), je l'ai rebandé ce soir sans tirer de flèche et as de craquements. question à Pedro: le tendon synthétique, ça compte, ou il faut impérativement utiliser la rétractation au séchage du tendon naturel pour une meilleure solidité. voici le recollage. J'ai perdu un peu du réflex acquis lors du séchage initial du tendon, donc corne un peu plus comprimée?
  8. raclé en biais avec une lame de scie à métaux pour éliminer le poli, dégraissé à l'acétone, collé à l'Araldite bleue à température environ 20-22°C après plusieurs utilisations, ça s'est décollé au niveau de la poignée (les 2 lames de corne) et partiellement vers les extrémités, mais pas au milieu des lames. (d'ailleurs il va me falloir probablement chauffer au milieu des lames pour décoller complètement, je tente un autre sauvetage...)
  9. ... En direct devant Corbeau, mes lames de cornes (collées à l'Araldite bleue, la vraie) se sont décollées en plusieurs endroits.... Ca me parait bizarre que l'arc ait eu trop chaud dans la voiture ce weekend à Arudy! Vu le temps déjà passé, je vais tenter de les décoller complètement, peut-être en chauffant un peu au décapeur, et de les recoller. Colle à définir. A suivre
  10. non, c'est bien perpendiculaire aux cernes
  11. attention, je n'aurai pas de liquide hydroalcoolique pour tous (malgré les apparence...)
  12. malgré ses 29 livres, il semble trop brutal pour mes flèches... Ou alors c'est dû à une ruade latérale à la sortie de flèche? Moralité: ne tirer que des flèches à encoche ligaturées... (je n'en ai pas eu besoin jusqu'à maintenant) sur ce, je m'en vais les réparer.
  13. je n'oserai peut-être pas l'utiliser, il vaudrait mieux que je maîtrise le tir à l'anneau de pouce auparavant...
  14. première flèche! Ces arcs courts ne sont pas faciles à bander, mais il ne fait finalement que 28 à 30 livres à mon allonge...pile poil dans ce que je tire en ce moment Je n'ai renforcé qu'un siyah avec de la corne de buffle, ça me permettra de repérer la branche du haut
  15. j'ai laissé un côté de la corne plus épais que l'autre pour récupérer un peu le déport
  16. et après ponçage
  17. brut de collage
  18. après de longues hésitations, décision de tenter un renfort en latéral sur ce seul siyah après l'avoir aminci pour éliminer une partie des fissures
  19. et toujours un décalage latéral résiduel...
  20. la suite, la suite... heu, non.. là c'est moi qui agit.. après un second redressage, je me suis retrouvé avec des fissures sévères sur le siyah
  21. la papillote humide a pas trop mal marché. mis à part une cuisson à la vapeur du tendon en bout de branches à cause des fuites autour de la protection...Je vais retirer les 2 cm cuits et renforcer ça, mais comment réagit l'araldite surchauffée (100°C) et refroidie à l'extrémité des branches? (collage corne et siyahs)
  22. vérification à blanc de ma cale courbe et de la protection en direction des branches. Et j'hésite encore à chauffer en papillote humide avec mon décapeur thermique réglable (à 120 °C?), ou avec une bidouille cocotte minute (toujours en papillote). Quelqu'un aurait une idée?
  23. lames corne/bois collées à l'araldite (qui ramollit à la chaleur) et tendon à la colle de peau + vessie natatoire d'esturgeon. Donc j'avais effectivement en tête de faire une paillote sopalin humide/alu, avec une protection laine de verre sur les 2 à 3 premiers cm, doublée sur le début de la corne. Et en premier, de préparer une forme bien ajustée pour mettre en forme en appuyant bien des 2 côtés du siyah pour limiter les levées d'échardes...
×
×
  • Create New...