Jump to content

Montage Sur Soie


Recommended Posts

Salut à toutes et à tous,

J’ai photographié les premières étapes de la réalisation d’un couteau sur soie

Il s’agira d’un puukko dont la lame sera un feuilleté

1…trousse initiale : 90MCV8 pour le tranchant et de part et d’autre 15N20 et XC38

270270791.jpg

2...cordons de soudures à l’arc pour maintenir les différentes couches et soudure d’un trainard

138850602.jpg

3…soudure de la trousse : plus ou moins 1250° en 3 chauffes

-la première pour souder

-le deuxième pour consolider la soudure

-la troisième pour la valider

926079573.jpg]

4….j’étire le lingot pour obtenir un plat

578984764.jpg

5…à la tronçonneuse je « bisote » la pointe

382007505.jpg

6….forge de la pointe

je place la partie la plus courte sur la table de l’enclume et je martèle (à température de forge) la partie la plus longue pour initier la courbe du tranchant ( contrairement à la méthode par enlèvement de matière où la courbe du tranchant est réalisée à la tronçonneuse)

542740226.jpg

7…J’ébauche la soie au marteau et je peaufine grossièrement à la meuleuse

863038877.jpg

Et ensuite recuit de détente = destiné à supprimer les contraintes internes

8…je détoure la lame selon les dimensions du cahier des charges (travail au backstand)

527987498.jpg

Link to post
Share on other sites

9….je soigne les angles de la soie au niveau de la jonction

Pour cela je place dans mon étau la lame pointe vers le bas et un guide (trempe très dur afin qu’il résiste aux dents de la lime) = je lime les surfaces « lame » de part et d’autre de la soie afin qu’elles soient sur le même plan et qu’il y ait des angles à 90°

262275939.jpg

Pour obtenir une ébauche comme celle-ci

6616424810.jpg

11…je matérialise le tranchant avec un feutre indélébile fin

8950865711.jpg

12 …backstand

7757739312.jpg

13….Il existe plein de méthodes pour réaliser les émoutures…avec ou sans guide, à la louche, à l’arrache

Chacun devra trouver la sienne …la seule obligation : obtenir un tranchant rectiligne et des émoutures symétriques…

3336536613.jpg

La pratique, la rigueur et un bon backstand sont des atouts mais ce résultat peut être obtenu avec une ponçeuse à bandes de chez « bricotrucmuche » ou à la lime = c’est juste un peu plus long !!!!

3795147814.jpg

14…poinçonnage et guillochage

6545081615.jpg

La partie atelier est terminée je retourne du coté de ma forge

Link to post
Share on other sites

15…conduite du feu

8965737016.jpg

16…3 recuits de normalisation destinés à affiner le grain de l’acier (= largement grossi après la soudure à la forge)…ils me permettent également de savoir comment la lame réagira lors de la trempe et de prévenir les risques de déformations

Je chauffe la lame à sa température de normalisation, je maintiens cette température plus ou moins 1mn et ensuite je la refroidis rapidement :

-en la faisant tourner à bout de bras

Ou

-En la plongeant briévement (=1 à 2s) dans de l’huile tièdie

La lame va refroidir et c’est à ce moment qu’il conviendra de vérifier sa rectitude

Si elle est tordue, on la re-forge et on recommence le cycle des 3 normalisations

Si elle n’a pas bougé= deuxième normalisation//vérification puis troisième normalisation

17….TREMPE

La montée en température doit être progressive

Il faut être concentré et rigoureux

Trop chaud = le grain de l’acier grossira et/ou il y aura des risques de fissures et de déformations

Trop froid = trempe partielle ou pas de trempe du tout

Le truc de l’aimant est un bon indicateur = selon la teneur en carbone de l’acier et/ou selon qu’il soit allié ou pas, lorsqu’il perd son magnétisme, il a plus ou moins atteint sa température de trempe

////////La température de trempe est spécifique à chaque acier !!!!!!///////

3397024017.jpg

18…je plonge la lame dans un bain d’huile tièdie à plus ou moins 40°

Après refroidissement totale je vérifie

1…que la lame est restée bien droite

2…absence de fissures

3…qu’elle est trempée en faisant glisser une lime sur la totalité du tranchant (=il faut que la lime crisse sur le tranchant …si elle attaque l’acier= trempe foirée)

3484391818.jpg

19…à ce stade, la lame est trempée et particulièrement fragile

D’où la nécessité du ou des REVENU(S) qui occasionneront une légère perte de dureté mais surtout un gain énorme de souplesse et de résilience

Selon l’acier utilisé et/ou selon le futur usage du couteau, il faudra déterminer la durée et la température du ou des revenus

Suite au fur et à mesure :drinks:

Link to post
Share on other sites

MERCI à vous ... :drinks:

Oui ce serait vraiment bien et bon que ces quelques photos servent de base de réflexions et de travail ....

Il n'y a aucune prétention ...et surtout pas celle d'affirmer que ma méthode est la seule...la vraie ......

Chacun y puisera ce qu'il veut et l'améliorera selon ses propres aptitudes compétences et outils ......

Link to post
Share on other sites

la suite .......

20…Sorti du four

4178166119.jpg

Et retour dans mon atelier

21…re-BACKSTAND

977488Copiede20.jpg

A partir de maintenant, la concentration doit être en mode « expert » …

Il faut y aller vraiment tranquillement (=vitesse de défilement règlée au mini et bande neuve)

Les risques de « cramages » sont importants et souvent rédhibitoires pour la lame

Après chaque passage sur la bande, je plonge la lame dans l’eau située juste en dessous

//Pour info, j’ai ajouté du produit vaisselle dans l’eau = les particules métalliques ne restent pas en surface

C e travail m’a permis de positionner définitivement les émoutures

3063605021.jpg

et d’affiner le tranchant qui est passé de 1mm ( avant la trempe ) à presque rien …ça coupe déjà!!!!!!!!donc MEF aux mimines

J’ai utilisé des bandes en grains 80 et 240= le résultat est assez grossier mais acceptable

22….POLISSAGE MIROIR

Je fais le plus gros à la main :j’utilise du papier de carrossier grains 180 puis 270 que j’enroule autour de vieilles limes //Cela demande un peu d’huile de coude , pas mal de patience et de ténacité

7324652323.jpg

Un petit coup de bande à polir

4160481824.jpg

Les différentes couches du feuilleté sont déjà visibles

23…REVELATION

Une fois la lame dégraissée, je la plonge dans un bain de perchlorure de fer

5506694925.jpg

24…après une heure de « baignade »

6112908326.jpg

9575855927.jpg

Il est important de stabiliser l’oxydation dûe au perchlo en lavant la lame avec une base …

1….j’utilise d’abord du produit vaisselle pour dégraisser la lame et retirer le dépôt collant résultant de l’oxydation

et ensuite

2…. je frotte la lame avec un savon à base de soude

La calamine a été presque entièrement dissoute et les différentes couches sont bien visibles

Pour l’instant l’aspect du feuilleté est encore assez grossier …il reste un dépôt à la surface que j’enlèverai avec de la laine d’acier 000

:ouf:

Edited by GIL
Link to post
Share on other sites

Au chaud dans l'atelier ......

USINAGE DE LA MITRE en damas « kyroptérien »

1…le lingot de damas

4568384728.jpg

2…je tronçonne le morceau dont j’ai besoin et je le passe au backstand afin d’enlever la calamine

4875151729.jpg

3…je matérialise la « hauteur » de la soie

5386127530.jpg

7297051131.jpg

4…la soie fait 4.5 mm d’épaisseur= je perce à 4mm pour avoir de la marge

9306498733.jpg

5…le truc c’est d’obtenir une jolie »lumière » bien calibrée et parfaitement ajustée à la soie

3768441334.jpg

J’utilise une fois encore un guide pour obtenir des cotés rigoureusement rectilignes, plats et à angle droit par rapport à la surface de la mitre

3850074435.jpg

6….une fois que tout est ajusté ….je détermine la forme générale et je trace

4448681736.jpg

7…yapluka usiner

Pile poil……

8830634237.jpg

à suivre ........................... :hi:

Link to post
Share on other sites

Une fois la lame sortie du perchlo
1...je la rince à grande eau en la frottant avec un morceau de laine d'acier ooo imbibé de produit vaisselle = cela enlève le plus gros du gras résultant de l'oxydation
2...je replonge la lame dans le perchlo = 10 à 15 sec
je la rince avec du savon de marseille liquide et selon le rendu
-soit je la sèche avec un chiffon doux
-soit je réitère la deuxième étape jusqu'à l'obtention de l'aspect que je recherche

Dès que le rendu est parfaitement conforme à mes attentes, je passe un peu d'huile d'olive sur la lame et elle peut rester en attente ....

Edited by GIL
Link to post
Share on other sites

Retour dans l’atelier

USINAGE DU MANCHE

1….après avoir choisi et calibré le bloc de bois, je marque au crayon la position de la soie et la forme générale du manche

169489210.jpg

286808681.jpg

Je perce selon le tracé sur toute la longueur et je finalise avec un ciseau à bois pour que ce soit net et propre

/////La largeur de la soie étant dégressive ….il est important de percer en « biais » ….et non pas perpendiculairement . !!!!!!!et cette mise en garde est particulièrement importante car lors du ponçage, si vous passez au travers du bois pour vous retrouver dans le « trou-de-la-soie », tout sera à recommencer ….CE SERA UN MOYEN DE TESTER VOTRE « ZENITUDE »///

à gauche : BIEN à droite : PAS BIEN ou risqué

237554SanstitreLarge.jpg

Fin de la première étape

915812252.jpg

2….Mise en forme

A l’aide d’une râpe, d’une scie, d’une ponceuse à bande, de papier abrasif ou de ce que vous voulez = il faudra se rapprocher de la forme finale du manche

319889823.jpg

Généralement je marque l’axe longitudinale = ça m’aide à travailler symétriquement

433704174.jpg

Ensuite je soigne l’ergonomie et je continue à poncer

263314396.jpg

Fin de la deuxième étape

296106787.jpg

393106418.jpg

:ouf:

Link to post
Share on other sites

3…préparation du bois et de la mitre

Je commence par poncer le bois au papier abrasif super fin jusqu’à ce que sa surface soit parfaitement lisse et sans rayures

Ensuite je le mouille avec un peu d’eau tiède pour ouvrir les pores=la surface devient légèrement rugueuse ……je re-ponce à la laine d’acier 000 et je répète cette opération jusqu’à ce que la surface reste lisse

Je trempe le bois dans du bouche-pores…je laisse sècher …je ponce légèrement avec de la laine d’acier 000 et je passe une première couche d’encaustique

377868589.jpg

J’ai poli la mitre pour éliminer toutes les rayures et je l’ai trempé dans du perchlorure de fer pour révéler les motifs = elle est prête à être montée

Ensuite je colle la mitre…une fois que tout est sec= je protège le manche avec du film alimentaire pour limiter les salissures et les bavures de colle

7474633910.jpg

4…ASSEMBLAGE

Voilà ce que j’utilise comme « ingrédients »

Acétone : pour dégraisser les différentes pièces

Alcool à bruler : pour éliminer les excédents de colle

Colle araldite bleu : à prise relativement lente ( sèchage complet au bout de 24 h)

Gants et quelques chiffons que j’imbiberai d’alcool

4940904511.jpg

Je coince le manche dans un mini-étau

Je prépare la colle et je gave le trou de la soie

7656005112.jpg

Je présente la soie qui descendra par gravité et j’enlève l’excédent de colle au fur et à mesure

6831787513.jpg

1831524514.jpg

5183467115.jpg

Cette même étape avec de la colle à prise rapide peut être assez rock’n roll pour peu que les différentes pièces ne soient pas parfaitement ajustées, que vous n’ayez pas rigoureusement préparé votre plan de travail , que vous ne soyez pas prêt psychologiquement …que Murphy s’invite de gré et de force et là …………………………………………que les oreilles chastes se bouchent= tout est envisageable même la destruction impulsive du manche, de la lame, de l’atelier et de tous ceux qui tenteront de s’y opposer …………….

That’s all folk today !!!!!!

Fin de la quatrième étape = yapluka laisser sècher ……

:hi:

Link to post
Share on other sites

Merci à vous .....

A toi l'ours des Corbières....je suis heureux que ces quelques photos te redonnent l'envie de forger !!!!!!

En partageant ces petits trucs d'atelier ...j'espère bien que cela dopera les motivations de tout ceux qui hésitent et/ou qui pensent que cela est inaccessible sans une tonne de matos ..= un bon marteau, un bout de rail de chemin de fer , un barbeuque légèrement modifié et des bonnes limes suffisent amplement pour démarrer !!!!

Il faut de la rigueur, de la patience, de l'humilité pour accepter les "inévitables" ratages et échecs et surtout procéder par étapes ( = faire un rond à partir d'un carré et inversement avant de s'attaquer à la forge d'une "épée-mérovingienne-de-l'espace-de-la-mort-qui-tue ")

Link to post
Share on other sites

Voilà la suite :

REALISATION DE L’ ETUI

Je ne suis pas un spécialiste du cuir et d’autres que moi seront nettement plus qualifiés pour réaliser un » tuto «

Tout ce que je sais dans ce domaine, c’est Véro qui me l’a appris.

Je me suis approprié ses enseignements en les adaptant à mes aptitudes

Mes étuis sont simples et sobres

Je serai dont assez synthétique voir expéditif

1…voilà mes outils

abat-carre(pour adoucir les angles du cuir) / gouge (pour creuser une sorte de sillon de pliure)/alène à brédir (en forme de losange pour la couture à la sellière ) rainette( pour creuser les petits sillons destinés au fil) / colle / scalpel / une pince et un truc-pour-faire-des-trous

685697330.jpg

2…je réalise un patron

518398251.jpg

233640812.jpg

3…prêt à être cousu

je commence par coudre la patte de fixation / puis je colle le martyre au reste de l’étui et je couds l’ensemble

381780273.jpg

4…collage et coutures puis mouillage et mise en forme

Je laisse sécher …j’adoucis les angles de la tranche et je passe un couche de cire d’abeille que je lustre pour un aspect net et brillant

917310224.jpg

:drinks:

Link to post
Share on other sites

Dreyma

771332760.jpg

"C'est justement la possibilité de réaliser un rêve qui rend la vie intéressante". - Paulo Coelho

996535581.jpg

La lame est un feuilleté dont le tranchant est en 90MCV78 et de part et d’autre 15N20 et XC38

808996322.jpg

Le manche est constitué d’une mitre en damas « kyroptérien » et d’IF

960434404.jpg

:hi:

Link to post
Share on other sites

Voilà j'espère que ces quelques photos et ces quelques explications vous permettront de franchir le seuil d'une forge ou d'un atelier en vous disant que réaliser un couteau est envisageable .

Il faut du temps, de l'énergie, de la patience...accepter et comprendre aussi bien les échecs que les réussites.

Une fois les bases acquises....tout devient possible et l'aventure est extraordinaire........en tous les cas , elle l'est pour moi

:drinks:

Link to post
Share on other sites
  • 2 weeks later...

Je me permets Gil !

Pour la colle, pour qu'elle soit bien liquide, on peut la présenter sous une ampoule de lampe quelques instants.

On peut également ( vu le prix !) y mélanger de la sciure de bois ( c'est pas ce qui manque dans l'atelier !) pour gagner un peu de volume ( la colle sera plus épaisse, mais le coup de la lampe modifie la fluidité du bidule)

Enfin "cranter" la soie (tu l'as fait sur l'épaisseur si j'ai bien vu ?) perpendiculairement à son axe longitudinal assure un peu plus de solidité au montage.

Enfin un rivet judicieusement placé assure l'immobilité et l'indestructabilité ( c'est français ce mot là ?) du montage. Mais pour ce dernier truc, ça reste à la volonté du créateur, il n'y a rien d'obligatoire.

En tous cas....

:115:

Link to post
Share on other sites
  • 1 year later...

Salut, un grand bravo à Gil pour ce tuto, il va m'être bien utile vu que je dois monter une lame damas, au vue des étapes je vais devoir passer du temps surtout que le couteau final est pour un très bon copain.

Encore bravo et un grand merci.

Amitié mon pote, Patrice.

Link to post
Share on other sites
  • 3 weeks later...

Je suis heureux que ce tuto vous aide dans vos futurs montages ......ajoutez y vos propres compétences et ensuite PARTAGEZ!!!!!!!! :drinks:

Edited by GIL
Link to post
Share on other sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Guest
Reply to this topic...

×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

×
×
  • Create New...