Jump to content

Zbrotch

Membres
  • Posts

    58
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    3

Everything posted by Zbrotch

  1. Bonjour, J’ai utilisé pour quelque réalisations du tube PVC haute pression. Ce matériel est très résistant et devrait convenir pour la fabrication d’un mât. Je ne suis pas spécialiste de cette pratique mais cela pourrait être évolutif pour la longueur. Vendu en 6 m avec emboîtement des diamètres jusqu’à 110 mm devraient donner une bonne rigidité et cela ne doit pas peser trop lourd. Le prix doit se situer autour de 110 € la longueur en diamètre 110 mm.
  2. Bonjour Juste quelques éléments de réflexion car je ne pense pas que les règles soient immuables surtout à la chasse compte tenu de l’environnement et du mental du chasseur au moment du tir. A la chasse donc, pas de groupement une seule flèche compte c’est la première et si par hasard un deuxième tir est possible l’échec du premier changera le mental de l’archer. Pour la puissance, et il faut plutôt parler de force maintien, les performances des arcs ont permis avec des forces de maintien plus faibles, d’obtenir des vitesses de flèches à poids identiques nettement plus importantes et de plus une bonne précision est au moins aussi importante que la pénétration. Enfin même en tir instinctif les matériels ont évolué de façon importante tant pour l’arc que pour la flèche les critères d’hier ne sont plus ceux d’aujourd’hui. Tout cela pour dire que la distance maxi ou idéale, et je parle de chasse, n’est pas aussi figée que l’on veut le faire croire.
  3. Bien d’accord avec toi, à la chasse on ne tire pas à l’arc, on a pas le temps ou rarement et alors dans ces cas là on réfléchit et c’est un désastre.
  4. Bonjour Pas vraiment débutant je tire depuis un peu plus de trente ans en instinctif des arc qui sont passés de 72 à 62 # ( je chasse à l’arc). Suite à quelques problèmes musculaires à l’entrée de l’hiver dernier ( origine toujours inconnue) j’ai dû reprendre l’entraînement avec un arc de 45# et en réfléchissant à mon tir, chose que que je n’avais pas vraiment fait depuis longtemps. Voilà ce que j’ai surtout recherché : Le tirer/pousser qui permet la poussée vers l’objectif jusqu’à la décoche plus naturellement qu’un armement bras d’arc tendu. La recherche de sensation d’utilisation des dorsaux qui incite à l’ouverture donc à une allonge régulière. Une prise d’arc la plus légère possible ( plutôt une fourche pouce/index) qui ne génère pas de torque) Et puis, sans que je me l’explique, pas plus que Fred Asbell, les jambes légèrement fléchies qui apportent une régularité certaine en latérale. Je pense que cette flexion des jambes libère des tensions parasites qui pourraient engendrer des rotations du tronc, mais ce n’est qu’une supposition. Aujourd’hui je tire à nouveau les 62# sans problèmes et avec des groupements qui me conviennent pour mes distances de tir habituelles.
  5. Bien vu c’est effectivement un Barnet cela me revient à te lire, merci et bravo.
  6. Bonjour, J’ai deux arcs que je n’utilise pas/plus un Golden Eagle et un autre dont je ne me rappelle plus la marque ( repeint camo ) mais qui doit avoir env 35 ans. Si tu es intéressé je les vends
  7. Zbrotch

    travail de l'os

    Bonjour J’utilise des plaquettes en os pour remplacer les plaquettes de piano en ivoire que j’avais pour faire des scrimshaws. Ces plaquettes sont vendues pour refaire les touches de piano l’ivoire étant interdit. Voici un site : phttp://www.atelierdelaruelle.com/achat/cat-touches-pour-clavier-113.html Pour les travailler, outils Dremel ou pour la gravure j’ai récupéré un outil de détartrage de dentiste. Enfin pour les scrimshaws l’aiguille et c’est beaucoup plus dur que l’ivoire.
  8. Bien sûr, il suffit d’avoir l’envie c’est un moteur formidable. Il est vrai qu’il faut aussi savoir se raisonner mais pas de trop. Bon la neige s’est arrêtée, je vais faire les premières flèches de l’année que je souhaite à toutes et tous bonne et heureuse.
  9. Bonjour, Chasseur à l’arc j’ai 73 ans passés et je viens de prendre un arc Temujïn Padawan de 47# à 28. Je tire normalement un Puma de 60# à 28 soit 54# à mon allonge. Avec le Temudjin j’allonge un peu plus et je suis à 45#. Entraînement presque journalier pour le tir et assouplissements le matin sont devenus nécessaires.
  10. Bonjour Je n’ai pas senti de différence flagrante en terme de toucher par rapport au cordovan. Par contre comme je l’ai dit, la neutralité aux éléments extérieurs notamment climatiques est très appréciable. Voici le mien après 4 ans d’utilisation, le cuir n’est plus noir et l’élastique de serrage est déformé mais rien de gênant.
  11. Bonjour, Personnellement j’ai pris un gant cuir et renfort cordura Bearpaw. Utilisation avec un arc de 60# sans problème. L’intérêt des renforts en cordura réside sans leur stabilité dans les conditions climatiques différentes froid, pluie voire neige et aussi dans la résistance dans le temps, pas ou presque d’usure ni de déformation. A mon avis c’est supérieur au cordovan qui finissait toujours par se déformer. Celui-là https://www.ulysse-archerie.com/fr/equipement/gantier-palette/539-gant-de-tir-chasse-speed-henry-bodnik-bearpaw.html
  12. Bonjour, Je sais cela peut faire sourire car ils ne sont pas nombreux sur le marché. Je viens d’en rater un, certes un peu plus raide. Mon puma de 60 # commence à me faire sentir les années qui passent. Je recherche donc un Temudjin gaucher de 50/55# à 28
  13. C’est moi dans ce post, c’est pour cela que j’ai mis cette vidéo. Je te suis tout à fait sur l’aspect sécurité, il faut des protections adéquates.
  14. Bonsoir, Ce soir la nuit est bien noire voici ce que j’avais préconisé pour faire de l’instinctif. La prise de vue est faite au ralenti sans éclairage. J’ai planté dans la cible, une 3 D sanglier, une LED rouge, la cible est située à 12 m. La flèche est donc tirée en ne voyant que la LED rouge, sa trajectoire est visible grâce à l’encoche lumineuse bleu. La cible étant pendue, on perçoit un léger balancement après l’impact. Je vous accorde que ce n’est guère spectaculaire mais bon il faut bien s’occuper, confinement oblige.
  15. Bonjour, Il existe une application sur exel ( spine calculator) qui permet de déterminer les caractéristiques d’une flèche en fonction de l’arc, force, type de fenêtre et de corde ainsi que des préférences de l’Archer telles que le poids de flèche, poids de pointe. le FOC et empennage. Des ajustements sont possibles mais cela donne une bonne idée et surtout cela prend en compte le spine dynamique qui est pour moi primordial pour un bon résultat.
  16. Bonjour, Je crois qu’il est nécessaire de hiérarchiser toutes nos réponses qui vont certes toutes dans le bon sens, mais qui ne sont pas toutes utilisables au même niveau de l’apprentissage. Certes il y a les fondamentaux de postures qui doivent être immuables quelque soit le mode de tir ( enfin pas toujours) , et puis il y a la nécessité de ne pas « dégoûter « l’apprenti. Il est important selon moi d’avoir des résultats mesurables pour pouvoir progresser et le choix de la cible et de la distance de tir participent à cette progression. Lorsque que je fais tirer des débutants vrais, je ne mets devant eux qu’un paillon de grande dimension pour qu’il n’y ait pas d’enjeu de précision, mais juste une concentration sur la gestuelle. Les pratiquants du Kyūdō consacrent un investissement important à cette phase. Le visuel du début de l’apprentissage devrait donc être choisi pour que la concentration sur la cible soit facilitée. Son évolution et sa diversité devra suivre la progression dans la précision atteinte. Enfin l’objectif final du tir devrait aussi être un des éléments qui devra guider cette progression. Le groupement de plusieurs flèches recherché sur une cible statique ayant un visuel net et le tir rapide d’une flèche unique, dans une position pas forcément académique, sur une cible sans repère précis tel que le défaut de l’épaule d’un sanglier entraîne souvent un mode de tir différent. Toute cette ( trop) longue diatribe pour bien sensibiliser le débutant à la nécessaire méthodologie et progressivité ainsi que l’intérêt de ne pas faire tout seul. Certes il est difficile de trouver pour ce mode de tir l’enseignement idéal, toutefois il existe d’autres moyens, ce forum en est un important, soit des vidéos, soit une disponibilité de livres importante. Personnellement Fred Asbell est mon maître et ses deux livres sur le tir instinctif sont une référence.
  17. Plus la cible est petite plus le regard est concentré, c’est là une des clés du succès, mais aussi une des difficultés car il est impératif de ne pas se laisser distraire par ce qui est dans ton champs de vision. Un autre conseil le tir instinctif se nourrit des tirs précédents, position et gestuelle. Pour « alimenter » ton expérience, les trajectoires de tes flèches font aussi partie de ces données. Pour bien les mettre en mémoire, il faut qu’elles soient les plus visibles possible donc plumes claires et/ou encoche de même.
  18. Bonjour Il semble qu’il y ai consensus sur la difficulté de ne pas prendre de repère de visée pour les tir instinctifs. Voici deux exercices que je pratique pour l’entraînement : Tir les yeux fermés, dans un premier temps j’ai fait cet exercice pour améliorer ma décoche, la séquence est la suivante: Les yeux fixés sur la cible, amener l’arc en l’armant au point d’ancrage, fermer les yeux et lâcher dans le mouvement. Bien entendu il n’est pas question de grande distance, 2 mètres sont largement suffisants et mettent bien en confiance pour ne s’occuper que de la décoche. Et puis comme le terrain où je m’entraîne le permet j’ai progressivement reculé jusqu’à 10, 12 mètres . Les groupements sont assez bluffants, je vous laisse les découvrir pour ceux qui ne l’on pas déjà fait. Le positionnement du corps se fait instinctivement et c’est bien le but recherché. Deuxième entraînement tir de nuit sur cible faiblement éclairée, il faut vraiment que la nuit soit avancée et sans lune, là aussi attention à la distance et à la sécurité. La pointe de flèche devient invisible et la concentration sur le point de la cible choisie est maximale. Comme j’ai la chance de pouvoir tirer chez moi, je viens d’aller faire cet exercice, voilà ce que cela donne (sans aucun trucage, craché, juré ). Tir à 12 mètres arc Puma 60 # flèches 39 grammes.
  19. Bonjour, J’ai monté un Ripcord Ace donc Drop Away et capture sur un arc RPM Nitro. Cela fonctionne sans problème, mais je ne tire que viseur et décocheur avec cet arc.
  20. Je ne voudrais pas te poluer l’esprit par mes avis car mon objectif et ma façon de tirer sont un peu particuliers. Je suis chasseur à l’arc et mon entraînement doit prendre en compte cet objectif. De plus un accident m’a privé de mon œil directeur toutes les techniques que j’ai mises en œuvre doivent me conduire à mettre la première flèche au bon endroit. J’ai choisi le tir instinctif parce qu’à la chasse on n’a pas tellement le temps de réfléchir à la distance et la position de son arc.
  21. Bonjour La tenue au point d’encrage est très certainement en rapport avec la force de l’arc utilisé. Personnellement avec un Puma de 60#, je ne marque pas cette tenue mais je ralentis mon geste en fin d’armement en me focalisant visuellement sur ma cible et physiquement sur le verrouillage dorsal. Comme Picpic45 c’est avec cette méthode que mon latéral est le meilleur.
  22. Tu as raison sauf si l’on tire avec une prise de corde dite cigarette les doigts restant toujours à la même place autour du point d’encoche.
  23. Le sujet est récurrent, et il est difficile d’être péremptoire. Depuis des années et encore aujourd’hui je mets modestement le pied à l’étrier à des débutants dans le tir à l’arc. Il est vrai que quelques résultats dès les premières flèches permettent de donner la confiance nécessaire pour continuer cet apprentissage difficile. Pour cela le BB pourrait apporter un semblant de solution si ce n’était le problème que j’ai évoqué. Il suffit donc de retourner le problème en donnant un autre repère à cette ligne de visée qui permet de toucher la cible. Pour cela il suffit de faire varier l’autre point de cette ligne de visée que constitue la pointe de la flèche ( méthode du but en blanc). Cette façon de faire est d’ailleurs naturelle car beaucoup de débutants tirent trop haut alignant la cible sur cette pointe. Quelques conseils pour prendre ce type de visée permettent d’éduquer, dès le début, le nouveau tireur. Celui-ci intègrera petit à petit cette visée qui deviendra d’abord périphérique et floue puis absente lorsque la gestuelle, celle de la main d’arc, guidée par la mémoire de tous les tirs précédents, n’aura plus besoin que d’un regard sur la cible. Avec cette méthode la nécessaire rigueur sur le point d’encrage est préservée.
  24. Je n’ai pas la prétention de détenir la science exacte, mais après trente ans passés de tir instinctif, je pense qu’un des éléments importants de la réussite de cette discipline est la constance du point d’encrage. J’ai donc un gros doute sur l’intérêt du passage par la technique du BB sans vouloir porter un quelconque jugement sur cette dernière.
×
×
  • Create New...