Jump to content

ketene

Membres
  • Posts

    4,570
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    8

Everything posted by ketene

  1. Justement la ligature est là pour appuyer la couche de tendon, pour éviter que celle ci ne se décolle du bois en séchant. Il ne faut pas poser de grosses ligatures, une dizaine de fibres suffisent largement à fixer la nappe de tendon sur par exemple la sortie de poignée. Je pense que le mieux c'est quand même d'attendre quelques jours avant de poser une ligature car l'épaisseur du backing se réduit fortement et ça peut aussi permettre de virer cette ligature par la suite. Si tout est posé en même temps ( backing et ligature ) c'est plus difficile à enlever. En plus tu as utilisé du film PE donc tu as bien saucissonné ton backing, il ne pouvait pas trop bouger. donc ligatures immédiates inutiles.
  2. A mon avis les ligatures servent à sécuriser pour éviter un décollement. On les trouve au pied des siyahs. On en met aussi avant et après une jonction de lames corne/corne ou dans ton cas corne/os. On en met aussi en sortie de poignée. En plus on peut en poser où l'on craint que le tendon pose ne se décolle, dans une partie concave, sortie de poignée par exemple. On peut ensuite les recouvrir d'une ligature en fil de lin coloré ou non qui fait quand même plus joli. Quand l'arc est sorti de la phase équilibrage Zol les enlève. Perso je n'ose pas. Il y a moins d'eau à évacuer dans les ligatures que dans le backing, c'est pour cela que ça sèche plus vite.
  3. C'est de l'argot du 93 donc parisien en gros dans les années 70 c'est comme cela qu'on appelait l'imitation cuir. Il avait du y avoir dans les décennies précédentes une usine qui faisait de l'imitation cuir par enduction de toile dans ledit quartier de Belleville ( 20 éme arrondissement ). Ce terme était souvent employé par mon beau père.
  4. Petits joueurs ? Sinon pour moi c 'est râpé cette année.
  5. Le nouveau projet. Look plus pays de l'est, 6 flèches un peu plus en éventail et couteau intégré dans le carquois. En cuir de Belleville. Si ça s'avère positif, il y aura une version finale en cuir tanné végétal avec repoussage. Mais là on sera en 2019.........
  6. Bon j'ai testé le carquois sur notre parcours permanent. C'est sans problème, pratique avec ses 5 flèches, pas gênant, pas de flèches déversées en se baissant. Pas de bric à brac embarqué dans le carquois. Alors j'ai fait un autre projet, 6 flèches et incorporation du couteau dans le carquois. Ca sera encore avec mon cuir de Belleville, donc laçage. Pour tenir les flèches, ça sera du cuir qui ressortira par des fentes, pas de coutures. Arrêt des laçages comme cette photo ( picorée sur le net ), bague de serrage plus une perle et pour tenir les flèches les bagues de cuir sortent par des entailles sécurisées à chaque bouts par un trou circulaire ).
  7. Oui je l'avis déjà vu pour rabouter du tendon. Mais explique moi le pourquoi ? Il défibre du tendon en bout, enduit de colle et raboute 2 tendons pour en faire un plus long. OK je comprends. Mais après il fait quoi ? Il défibre l'ensemble ? Et quid du collage qu'il a fait ? Là il y a quelque chose que je ne comprends pas : Y a quelque chose qui cloche là-dedans J'y retourne immédiatement Boris Vian.
  8. Bonne idée que d'en redémarrer un autre. Un an c'est long à attendre pour que ça sèche, mais un an d'attente quand il faut en refaire un autre c'est bien plus long ( Pagnol n'aurait pas dit mieux ).
  9. Le cardage c'est pour trier. Peut-êtres n'as-tu pas assez défibré assez fin ? Dans les vidéos, lors du peignage ils éliminent pas mal de fibres ( ils s'en foutent quand on voit la quantité de tendon défibré dont ils disposent ). Et puis je le répète il vaut mieux moins mais bien peigné que plus posé en merdouilli. En arc composite, pas d'économie, pas de compromis sinon tu payeras cash.
  10. Pas de coin chaud !. Une pièce ordinaire où tu vas oublier l'arc. La salon, au dessus du meuble breton sans le dire à Mme evidently ! Bonne idée le film ! Une bonne préparation à la finition. Ne perds pas de vue ce qu'a dit Zol, du très bon matériel sinon pan sur le bec. Ton eau trop chaude ( plus de 55 °C ) a transformé tes fibres en tortillis, un peu comme si tu avais utilisé des bougoudis............... Maintenant oublier l'arc dans un coin pendant un an, c'est facile pour toi non ? Tu passes bien tes arcs au four non ? Pourtant tu gagnerais du temps et des sous si il n'allaient pas au four ?
  11. Je me suis mal expliqué. J'ai collé mes premières lames de corne à la colle de VNEF. Puis ensuite j'ai utilisé l'époxy sur les tentatives de greyhound. Donc si tu as une casse, par trempage dans l'eau ( un bout de gouttière fermé des deux cotés ) tu récupères facilement le tendon et la lame de corne. Il faut juste un peu de patience et changer l'eau ( à 30 ou 40 °C ça va vite ). Si tu as collé les lames de corne à l'épox, le trempage à l'eau te permettras de ne récupérer que le tendon. Il te faudras gratter le bois pour récupérer la lame de corne. Imagine que tu ais rainuré ta lame de corne..........à la colle de VNEF tu récupères ta lame intacte, à l'époxy tu va arrêter de gratter quand tu verras apparaître tes rainures, et tu devras refaire tes rainures. Pour la pose des tendons, le mieux c'est de peigner les nappes de tendon, ça te permet d'aligner les fibres et d'éliminer des fibres qui n'auraient pas été alignées. En gros ça ressemble à un réseau cristallin organisé comparé, si tu ne les peignes pas, à un tas amorphe. Les propriétés mécaniques seront meilleures si c'est organisé que si c'est posé en merdouilli. En plus tu obtiens une nappe moins épaisse contenant donc moins de colle inutile et donc moins d'eau. Tu fais une pose ( de tendon ) plus régulière, tu fignoles déjà et tu contrôles mieux ton épaisseur de tendon ( tu peux donc affiner ta fabrication et avoir une petite idée de la puissance finale ). En plus ça te permet de poser du tendon sur les côtés des branches, ça te fait une accroche supplémentaire et tu travailles déjà en finition. Une fois séché, un bon bout de temps après ( 12 bon moins ) tu peux racler le tendon pour faire une surface lisse en vue d'une finition par pose d'une peau de serpent, de parchemin ou d'écorce de bouleau. La température de la colle, je dirais 50 °C +- 2 °C. trop chaud tu te brûles les doigts et tu risques de faire des frisettes à tes fibres de tendon, sans oublier la colle qui va vite se dégrader ( surtout la colle de VNEF ). Pour l'eau d'humidification des tendons pareil. Puis tu peignes si possible sur une plaque à 40 - 50 °C ( vieux chauffe plat de Mme par exemple ) et tu poses vite. Pour l'encollage tu peux passer un coup de sèche cheveux puis poser de la colle au pinceau. le bois chaud va boire la colle et tu sécuriseras ta pose de tendon. Prévois un récipient d'eau pour te rincer les mains de temps en temps. Voilà. Je dois aussi m'y remettre pour arriver à faire un arc de 40 livres. Faut juste des sous............
  12. Salut. Quelqu'un sait si le 3D indoor d'Antony aura lieu cette année. J'ai cru comprendre que les lieux allaient être détruits. Je me trompe ?
  13. Je trouve quand même un gros avantage à la lame de bois. En cas de vautrage, tu peux récupérer avec un peu d'huile de coude la corne et le tendon. Il suffit de bousiller gentiment la lame de bois. Si tu pars sur du corne - tendon c'est moins facile. J'ai donc recyclé des lames de corne récupérées sur mes essais ratés de Greyhound composite. Au prix ou c'est vendu ça vaut le coup. Pour le tendon, on récupère des " lames " ou l'on a pris soin de laisser un peu de bois. Quelques trempages successifs plus tard et on voit réapparaître le tendon défibré et le bois qui flotte à côtè. Pour moi, lors du séchage de la colle de peau de lapin utilisée lors de la pose du tendon défibré il n'y a pas de changement. Pas de " polymérisation " comme on le lit des fois. Ne perdons pas de vue que l'on travaille à température ambiante, en milieu disons stérile ( alors que dans le corps humain ou animal, il y a des tas de phénomènes et de produits qui entrent en jeu ). La colle sèche ( compter 4 % de retrait ). Comme on a pris soin d'humidifier le tendon défibré avant de l'enduire de colle chaude, on fait une sorte d'ensimage ( comme en industrie on ensime les fibres de verre ). Et c'est donc un phénomène réversible. Alors si on colle à la colle ( réversible ) de vessie natatoire d'esturgeon femelle ( VNEF ), on se prépare des jours heureux. Si on utilise l'époxy, ben va falloir gratter ! En plus les bons utilisent un mélange, ils dopent la colle de peau de lapin à la colle de VNEF.
  14. As-tu rainuré pour coller tes lames de corne ? Quelle colle as-tu employée ? Ca me semble bien parti cet arc. Un futur heureux en perspective ce Laurent. Concernant la vidéo que tu as postée, elle est intéressante. Mais il fait des arcs assez court et semble coller directement le tendon sur la corne. Nos arcs composites utilisent une lame de bois qui sert bien de pompe à colle pour bien fixer la corne et le tendon. En plus cette lame permet de rabouter, par exemple ta lame intercallaire en os entre tes deux lames de corne. En plus la corne de buffle d'eau ne semble jamais utilisée pour faire des arcs uniquement en corne-tendon ( ou alors c'est juste une limitation géographique ). Je reste ébahi quand je vois le type redresser ses lames de corne ( j'en ai c.... pour redresser mes lames ). Bon je me méfie quand même un peu des vidéos, tout y est si facile........... Sinon tu en fais plusieurs ?
  15. Les lames de cornes ne sont pas jointives sous la poignée ?
  16. Et de l'autre coté, elle est comment la peau de croco. Tu as une photo ? ( sérieux hein, c'est de la première photo dont je parle...........😁............).
  17. Pour le moulage, c'est prévu. Je le fais pour mes cuirs de poignée d'arc de chez Padawan en utilisant de la croute de cuir ( en fait récup sur des gants de sécurité en cuir ). Sinon le motif c'est du croco ? Dommage que cela soit du cuir de Belleville ! Mais c'était joli ces chutes de " cuir " dans la solderie industrielle. Et le prix, quelques €, était sympa. Bah à 5 m dans les bois, on ne voit pas la différence.
  18. C'est un peu ce qui me plaît. J'ai un vieux carquois en tissus de ciblard qui se prend dans les branches en sous bois ( les flèches hein ) avec une poche où on emporte des tas de choses.......corde, wax, et tout un bazard souvent inutile. J'ai aussi des carquois de dos, mais l'épaule n'aime pas le mouvement pour aller chercher les flèches ( et des fois il en faut une baguée ) à la cible on se baisse et pan on déballe tout. J'ai aussi un beau carquois de hanche joliment décoré par l'ami espagnol que l'on voit sur les France. Joli décoration celtique ( à la mode le celtique et les fêtes " médiévales ". soucis, les flèches tiennent mal, avantage, le couteau est inclut ( le couteau a été fait par JMG ). J'utilise en ce moment un carquois amérindien, mais soucis, quand j'y range une flèche, si je ne fais pas attention elle ressort sur le coté. Avec celui là tout est attaché, il suffit d'un petit sac latéral pour emporter un corde en rab, la wax, une bouteille d'eau et deux ou trois bricoles plus ou moins utiles ( téléphone pour les photos, papier et clés de voiture, brouzoufs...). Bref on n'a jamais ce qu"il faut ( ou que l'on veut ). Donc le projet ressemblera à la première photo de mon sujet, mais sans être un carquois pour arc et flèches. Je pense y inclure un couteau comme l'a fait l'ami espagnol. Reste à voir la déco. Et peut être ouvrir un peu plus l'éventail, juste pour avoir quelque chose de beau.
  19. Détail fin de laçage. Et présentation presque final. J'ai réduit l'écart entre les sangles. Bon c'est du cuir de Belleville mais pour un premier jet ça me plaît. Je pense en refaire un avec du vrai cuir tanné végétal de 2 à 3 mm. Je pense faire 2 flancs comme celui ci en collant sur la face coté archer et faire une découpe pour la poche recouvrant les pointes de flèches. Pour les maintiens de flèches, ça risque d'être le même système, collage sur la face coté archer et découpe ( une par flèche ). Peut être quand même un petit point de couture entre chaque flèche pour bien fixer les 2 faces. Pour le laçage, ça sera du laçage simple, droit ou décalé. Mais avant je veux tester le carquois en tir d'entraînement ou de compet.
  20. Détail fin de laçage. Et présentation presque final. Je vais réduire l'écart entre les sangles.
  21. Ca a un peu bougé. J'ai collé de chaque coté du tissu enduit mes 2 faces en cuir. Une sans rien dessus, coté archer; l'autre avec les boucles de tenue de flèche et la petite pièce coté pointes. Puis j'ai posé un laçage simple, 4,5 m de lacet quand même. Bon c'est mon premier travail de cuir hein. Bien sur pas de repoussage vu l'épaisseur ( et la provenance du cuir ). J'ai arrêté mon laçage en désépaississant le lacet et en le passant sous le laçage ( pas trouvé grand chose d'autre ). Les coutures sont simples, aller retour. J'aurais du faire une couture sellier............... Je me pose la question pour la fixation du carquois à la ceinture. J'ai replié collé du cuir ( il fait 0,8 mm ) pour faire 2 bouts de sangle ( tenues par les pinces pour le moment comme on le voit sur la photo ). J'ai aminci au cutter le bout sur 1,5 cm ( en biais ). Je compte coudre ces sangles ( on est dans les 6 à 7 mm d'épaisseur ). Vous en pensez quoi. Je répète ce projet est un essai pour un futur carquois un peu comme sur les photos ci dessus. Quand j'aurais posé mes coutures, je testerai ce carquois en parcours. Tester le coté pratique, l'inclinaison des flèches.............
  22. Les lames de bois que j'utilise font 4 mm d'épais et sont en érable . Maintenant je suis nul en arc lamellé collé et j'avoue ne rien comprendre. Concernant l'influence sur le poids final, c'est pour moi peanuts p/r au poids de tendon et de corne non ?
×
×
  • Create New...